RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Portail du Premier Ministère
Gouvernement / Dossiers de l'heure
DOSSIERS DE L'HEURE

18 ème tripartite

La 18ème réunion de la tripartite a été organisée le 14 Octobre 2015, à Biskra, avec un ordre du jour axé essentiellement autour de la promotion de l'investissement et de la diversification de l'économie, dans un contexte de conjoncture financière grave induite par la crise du marché mondial de pétrole.

Présidée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, cette rencontre s'est tenue en présence de membres du gouvernement, des organisations patronales et de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

Durant les travaux, les parties prenantes de cette tripartite se sont penchées sur l'évaluation de l’état d’exécution du Pacte économique et social et les voies et moyens à mettre en œuvre pour encourager l’investissement, la création d’entreprises et la diversification de l’économie nationale .

Il s'agissait aussi d'examiner les questions relatives essentiellement au climat des affaires, au foncier industriel et aux crédits à l’investissement.

Par ailleurs, une convention-cadre a été signée entre le ministère du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale et le Bureau international du travail (BIT) portant sur le financement du programme de coopération sud-sud en matière de dialogue social et de protection sociale.

-       Les décisions de l’Etat en matière de soutien social

Lors de son allocution, le Premier ministre, M. Abdelamlek Sellal, a mis en exergue les décisions prises par l'Etat en matière de soutien social pour le développement de la ressource humaine, "seule créatrice de richesse":

"Il est bon de rappeler les décisions prises en matière de soutien social, car nous misons sur le développement de la ressource humaine, seule créatrice de richesse avec notamment 8,5 millions d'élèves scolarisés, 1,5 million d'étudiants dans l'enseignement supérieur et 1.800 milliards de dinars de transferts sociaux par année", a indiqué M. Sellal dans son intervention lors d'une réunion de la Tripartite (gouvernement, syndicat, patronat).

Il a également rappelé les autres décisions prises par l'Etat comme la gratuité des soins et la prise en charge de 3 millions de malades chroniques grâce à la carte Chiffa, la mise en oeuvre de l'engagement de révision de l'article 87 bis de la loi relative aux relations de travail et de redéfinition du SNMG avec la revalorisation de l'indemnité forfaitaire compensatrice pour près de 1,5 million de travailleurs.

La poursuite des programmes de logements, notamment en faveur des catégories sociales démunies et intermédiaires avec le développement des formules de lotissements, figure aussi parmi les décisions prises en matière de soutien social.

-       faire de la capacité de résilience un levier de transformation économique

Le Premier ministre a appelé à faire de la capacité de résilience du pays, face à la chute des prix de pétrole, un "levier de transformation" de l'économie nationale.

« La gestion rationnelle des finances publiques et les décisions d'anticipation prises permettent à l'Algérie de mieux encaisser la baisse brutale des prix du pétrole.

A nous, maintenant, de transformer cette capacité de résilience en levier de transformation de notre économique vers la création de richesses et d'emplois", a indiqué M. Sellal lors de l'ouverture des travaux de la 18ème réunion de la tripartite (gouvernement, syndicat et patronat).

Le gouvernement, a-t-il rappelé, a partagé avec ses partenaires et interlocuteurs la réalité de l'ensemble des données macroéconomique et financières du pays ainsi que le détail de son dispositif de riposte (cadrage économique à 2019 et vision prospective à 2030) face à la détérioration des cours sur le marché mondial des hydrocarbures.

La finalité est de "mobiliser la force de travail du pays afin de faire face aux défis qui nous attendent", a souligné le Premier ministre rappelant que le Pacte national économique et social pour la croissance avait scellé un consensus entre patronat, syndicat et exécutif en faveur de la croissance et de l'édification d'une économie émergente, élément central du programme présidentiel.

"Dire la vérité, c'est tabler sur un baril de pétrole à 45 dollars comme base d'élaboration de la loi de finances pour 2016 qui ira dans le sens de la croissance et non dans celui de l'austérité car nous avons largement les capacités de résister et de nous améliorer", a-t-il soutenu.

Les résultats obtenus, l'efficacité des différentes mesures, les contraintes et les blocages sont toujours pris en charge "sans maquillage ni surinterprétation", a-t-il assuré, ajoutant qu'il s'agissait avant tout d'expliquer et de "gagner l'adhésion de tous autour de l'objectif commun : le développement du pays".

Face à la contraction des ressources financières, a-t-il observé, "le réflexe primaire ainsi que le calcul froid et cynique prôné par certains analystes voulaient que l'on procède de la manière la plus basique:

si les revenus ont baissé de 47% sur l'année écoulée, des coupes dans les mêmes proportions doivent être opérées sur les dépenses notamment celles non productives, à savoir les transfert sociaux."

Selon lui, "cette arithmétique macabre ne tient pas compte de la nature sociale et démocrate de l'Etat algérien moderne voulue par ses pères fondateurs et exprimée dans l'appel du premier novembre 1954".