RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Portail du Premier Ministère
Premier Ministre / Activités du Premier Ministre
ACTIVITES

Le Premier Ministre : la situation socioéconomique est stable

Le Premier Ministre, M.Abdelmalek Sellal a accordé, mercredi, une interview à la télévision algérienne.
M.Abdelmalek Sellal a abordé plusieurs sujets dont la situation économique du pays, les principales mesures prévues dans loi de finances 2017 et le nouveau modèle économique.
Le Premier Ministre a affirmé :
-L’augmentation de la TVA inscrite dans la loi de finances 2017 ne touchera pas les produits de base.
-Le gouvernement maintiendra sa politique de soutien de ces produits ainsi que la protection des couches vulnérables.
-Le gouvernement est convaincu que la couche moyenne doit continuer de bénéficier des aides de l’Etat, dont le rôle est de protéger la frange de la population vulnérable et celle à faibles revenus.
-La politique menée par le gouvernement depuis la chute des recettes des hydrocarbures en 2014 vise la rationalisation des dépenses et non pas l’austérité.
-L’année 2017 n’aura aucun impact négatif sur la vie du citoyen.
-Le gouvernement  n’a pas augmenté les prix du gasoil utilisé essentiellement par les transporteurs en commun, les citoyens et les agriculteurs.
Les prix du sucre et de la semoule sont restés stables ces dernières années et ne changeront pas en 2017.
-Le gouvernement veillera à la disponibilité des produits essentiels.
-Le gouvernement ne remettra pas en cause les acquis sociaux et tous les secteurs concernés restent soutenus, même si cela coûte cher à l’Etat.
-L’année 2017 exige de tous les Algériens de la patience et de l’effort.
-Nous avons les moyens pour passer une année ordinaire et améliorer notre situation économique.  
-Le budget a été revu à la baisse et sera consacré à l’achèvement des projets en cours de réalisation, car, depuis 2014, nous n’avons pas procédé à l’arrêt des projets lancés.
-La réunion de la tripartite se tiendra en mars prochain en vue d’évaluer les mesures économiques prises par l’Etat.
-Le gouvernement va entamer la mise en œuvre de cette démarche de  manière progressive.
-L’Algérie va pouvoir fonctionner avec les moyens financiers dont elle dispose actuellement.
-Il peut y avoir recours à l’endettement extérieur en 2017 pour le financement des investissements.
-Si cette option est retenue, l’Algérie est très à l’aise vis-à-vis des banques internationales, car nous ne sommes pas endettés.
-Le nouveau modèle économique vise à faire de l’Algérie un pays émergent à l’horizon 2019.  
-Le sursaut économique ne peut se réaliser qu’à travers une diversification de l’économie avec les moyens financiers actuels.


Le Premier Ministre : la situation socioéconomique est stable

Le Premier Ministre, M.Abdelmalek Sellal a accordé, mercredi, une interview à la télévision algérienne.
M.Abdelmalek Sellal a abordé plusieurs sujets dont la situation économique du pays, les principales mesures prévues dans loi de finances 2017 et le nouveau modèle économique.
Le Premier Ministre a affirmé :
-L’augmentation de la TVA inscrite dans la loi de finances 2017 ne touchera pas les produits de base.
-Le gouvernement maintiendra sa politique de soutien de ces produits ainsi que la protection des couches vulnérables.
-Le gouvernement est convaincu que la couche moyenne doit continuer de bénéficier des aides de l’Etat, dont le rôle est de protéger la frange de la population vulnérable et celle à faibles revenus.
-La politique menée par le gouvernement depuis la chute des recettes des hydrocarbures en 2014 vise la rationalisation des dépenses et non pas l’austérité.
-L’année 2017 n’aura aucun impact négatif sur la vie du citoyen.
-Le gouvernement  n’a pas augmenté les prix du gasoil utilisé essentiellement par les transporteurs en commun, les citoyens et les agriculteurs.
Les prix du sucre et de la semoule sont restés stables ces dernières années et ne changeront pas en 2017.
-Le gouvernement veillera à la disponibilité des produits essentiels.
-Le gouvernement ne remettra pas en cause les acquis sociaux et tous les secteurs concernés restent soutenus, même si cela coûte cher à l’Etat.
-L’année 2017 exige de tous les Algériens de la patience et de l’effort.
-Nous avons les moyens pour passer une année ordinaire et améliorer notre situation économique.  
-Le budget a été revu à la baisse et sera consacré à l’achèvement des projets en cours de réalisation, car, depuis 2014, nous n’avons pas procédé à l’arrêt des projets lancés.
-La réunion de la tripartite se tiendra en mars prochain en vue d’évaluer les mesures économiques prises par l’Etat.
-Le gouvernement va entamer la mise en œuvre de cette démarche de  manière progressive.
-L’Algérie va pouvoir fonctionner avec les moyens financiers dont elle dispose actuellement.
-Il peut y avoir recours à l’endettement extérieur en 2017 pour le financement des investissements.
-Si cette option est retenue, l’Algérie est très à l’aise vis-à-vis des banques internationales, car nous ne sommes pas endettés.
-Le nouveau modèle économique vise à faire de l’Algérie un pays émergent à l’horizon 2019.  
-Le sursaut économique ne peut se réaliser qu’à travers une diversification de l’économie avec les moyens financiers actuels.